Un clin d’oeil à l’actrice Jean Seberg qui, dans le film de Jean-Luc Godard A bout de souffle (1960), sautille sur un passage clouté, Les Clous détourne le fameux clou de chaussée en un jeu mêlant design et littérature. Le projet, installé dans la cour du collège de Mondeville, dans le Calvados, est composé de plus de 1700 éléments - tous réalisés en laiton dans la fonderie Huguenin à Vézelise, près de Nancy. Inspiré du plomb typographique de Gutenberg, les petits clous circulaires et convexes sont creusés de lettres écrites avec une police imaginée par la graphiste française Fanette Mellier. Plantés dans le sol suivant une série de lignes serpentines, Les Clous propose une promenade spatiale et littéraire inspirée du calligramme - une pratique popularisée en France par Guillaume Apollinaire. L’usager-lecteur en se déplaçant d’un clou à l’autre déchiffre petit à petit le texte, comme un message qui aurait été tracé sur la plage à l’aide d’un bâton. Ce texte, c’est L'incandescence, un poème écrit spécialement par le poète haïtien James Noël, évoquant un monde fait d’éclats de lumière comme les clous reflétant le soleil.

Poème : James Noël
Typographie : Fanette Mellier, en collaboration avec Bureau Brut
Fabrication : Fonderie Huguenin, Vézelise
Photographies : Graziella Antonini
Texte : Laura Drouet & Olivier Lacrouts

1/7